Dremmwel fête son trentième anniversaire en 2016 !

Dremmwel 2016 Photo Hervé Inisan

Dremmwel – 2016 – Photo Hervé Inisan

(extrait de A hed ar ster de Dremmwel)

Groupe mythique, Dremmwel a su fidéliser les fans de musique et de danse bretonne. Il a contribué à faire connaître l’expression bretonne dans plusieurs pays, en mettant en avant l’authenticité de la formation, la variété de ses compositions, son ouverture aux sons, aux musiques et aux instruments d’autres cultures. Bon anniversaire Dremmwel !

A cette occasion, j’ai souhaité les rencontrer et vous faire partager leur originalité et leur passion sous une forme inhabituelle sur armorique.net : l’interview. Au nom du groupe, Dominique Le Guichaoua, figure historique de Dremmwel, a accepté de jouer le jeu. Voici donc Dremmwel, by Dremmwel, avec la complicité de votre serviteur…

D Le Guichaoua 2

Dominique Le Guichaoua – Photo John Meul

armorique : Quelle est votre analyse des succès que connaît Dremmwel quand le groupe se produit en Corse, en Amérique du Nord, au Pays de Galle, en Ecosse, en Allemagne… ?

Dominique : Les anglais disposent d’un mot assez juste : genuine qui a plusieurs fois été utilisé pour nous présenter. Nous avons toujours associé la musique traditionnelle à nos inspirations en veillant à un certain équilibre entre les deux et en essayant de trouver la meilleure instrumentation tout en laissant aux auditeurs le loisir de se laisser emporter. Il est arrivé qu’à l’étranger des gens soient interpellés par nos sonorités et qu’ils aient un peu de mal à en identifier l’origine. C’est cette curiosité qui rend ce genre de situation passionnante.

Café du Port Ile Tudy. Août 2013. Avec l’écossais Rob Gibson. Photo Gilles Garin

armorique : Le rapprochement de votre musique avec celles du Paraguay, de l’Amérique du Nord, du Pays Basque est-il juste le fruit du hasard ou une volonté assumée d’ouverture de la musique bretonne au Monde ?

Dominique : Incontestablement une volonté assumée et surtout le plaisir de l’aventure humaine et musicale sans que cela corresponde à une recherche forcenée. Nos rencontres et collaborations ont souvent été le fruit du hasard ou de rapprochement par des réseaux de connaissances avec parfois des méandres assez sinueux entre les premiers contacts et le résultat final. En dehors de musiciens étrangers, nous avons également concrétisé des projets plus ou moins sophistiqués avec des artistes bretons tous très différents comme : Pascal Lamour, les Repris de Justesse, les Kanerien Langazel et bien sur, Louise Ebrel que nous avons accompagnée avec l’idée de mettre en valeur sa voix singulière, son accent et la belle prononciation des chants bretons, ceci sans surcharge musicale. Nous avons également fait appel à plusieurs autres instrumentistes issus de divers milieux : jazz, bagad, manouche, fanfare…Une façon de résister à l’entre-soi.

Dremmwel trio-1986 - Hervé Villieu - Dominique Le Guichaoua - René Marchand. Photo Fanch Hémery

Dremmwel trio – 1986 – Hervé Villieu – Dominique Le Guichaoua – René Marchand. Photo Fanch Hémery

armorique : 30 ans d’existence, c’est énorme ! Quelles ont été les étapes majeures de l’évolution du groupe depuis la constitution du trio initial en 1986 ?

Dominique : Le trio initial est né du désir d’un couple de sonneurs d’étoffer sa formule suite à un voyage au Pays de Galles. S’en est suivi une demi-douzaine d’années de recherches et de tâtonnements avec un changement assez fréquent de musiciens. L’arrivée du harpiste Marin Lhopiteau et du guitariste Daniel Cadiou a radicalement changé la donne et apporté une stabilité au groupe, cela depuis 1993. Nous avons longtemps joué à quatre avant d’intégrer un batteur percussionniste après la sortie de «Glazig» notre second album. Depuis quelques années, la contrebasse est venue compléter des sonorités qui nous faisaient défaut.

The small nations festival – Llandovery – Pays de Galles – Photo Anaig Loisel

armorique : La musique de Dremmwel est-elle pour vous plutôt principalement une musique à danser ou une musique à écouter ?

Dominique : Plus de la moitié de notre répertoire est constitué de musique à danser. Cependant nous avons toujours arrangé nos morceaux afin que ceux qui seulement les écoutent puissent y trouver un certain intérêt. Le reste du répertoire est tout aussi personnel avec des compositions faisant de la même manière appel à la tradition et aux libertés que nous nous accordons. Composer de la musique pour la danse c’est obéir à un cahier des charges et surtout bien connaître le sujet sur lequel on travaille. Cela requiert une bonne observation, de nombreuses vérifications, le goût pour l’écoute d’antécédents anciens et également celui du modelage de toutes les sources à portée de main grâce aux diverses recherches et collectages qui ont pu être menés depuis des décennies.

Dremmwel+ LouiseEbrel. Photo Laurent Grall Rousseau

Dremmwel avec Louise Ebrel. Photo Laurent Grall Rousseau

armorique : Vous puisez souvent vos sources dans les recueils de Dastum et produisez des arrangements originaux à partir de ces musiques traditionnelles anciennes. Procédez-vous parfois à de la composition pure, sans partir d’un thème traditionnel retrouvé ?

Dominique : Plusieurs titres sont nés sans référence à des mélodies traditionnelles existantes. Ces morceaux naissent spontanément, parfois à partir de courtes improvisations lors de répétitions. Ils peuvent aussi naître au cœur d’un ordinateur par assemblages et s’affiner au fur et à mesure qu’ils sont joués par les instruments. Cela peut prendre beaucoup de temps car les créations deviennent plus intéressantes lorsqu’elles ont pris une certaine patine.

Dremmwel 2016 Photo Hervé Inisan

Dremmwel – 2016 – Photo Hervé Inisan

armorique : Lorsque, par exemple, vous sollicitez Mona Ar Beg pour l’écriture de textes, limitez-vous à lui transmettre votre musique ou l’engagez-vous sur un thème particulier à développer ?

Dominique : Nous l’avons sollicitée pour l’écriture d’une chanson à partir d’un conte. Son travail a consisté à versifier une histoire connue dans le nord-Finistère. Une fois le texte écrit nous l’avons fait vivre sur la musique, laquelle a été, dans ce cas précis, composée à partir de différentes sources mélodiques très localisées, dans le respect le plus strict possible de la danse.

Dremmwel – 1989 – René Marchand – Dominique Le Guichaoua – Jean-Marc Lesieur – Hervé Villieu. Photo Fanch Hémery

armorique : Comment expliquez-vous la longévité de Dremmwell, relativement exceptionnelle pour un groupe de musiciens ?

Dominique : Uniquement par le fait que nous n’avons jamais été pressés par le temps et que chacun de nos morceaux ou de nos productions correspondent au souhait d’exprimer des idées en mettant un point d’honneur à constamment nous renouveler. C’est toujours le cas aujourd’hui. De nouvelles compositions sont menées avec un nouvel élan de manière participative conduisant chaque membre du groupe à adapter voire reconsidérer sa pratique instrumentale. Un cahier des charges tacite nous dicte de ne pas répéter une idée que nous aurions déjà exploitée en amont.

Dremmwel-1995- Dans la cabane de Yann La Rouille

Dremmwel-1995- Dans la cabane de Yann La Rouille au bord de l’Odet – Photo Fanch Hémery

armorique : De l’amitié à la musique, lequel est le facteur prépondérant, fédérateur de votre longévité ?

Dominique : L’idéal est que les deux soient d’égale importance, ce qui a été notre cas. D’où le plaisir de passer du temps à imaginer de nouveaux morceaux, à rechercher de nouvelles pistes et bien sûr d’être ensemble sur scène dans la meilleure osmose possible.

Heol-Loar

armorique : De l’ensemble des albums que vous avez produits, si l’on vous demandait de ne retenir qu’un seul morceau, lequel serait-il ?

Dominique : « A-hed-ar-ster » me semble résumer de manière assez fidèle la démarche créative de Dremmwel. Il y a dans ce morceau qui évoque l’Odet de la source à la mer, des ingrédients faisant plus ou moins référence à la musique traditionnelle mais également des colorations, des techniques instrumentales et des impressions particulières.

Glazik Lans Troiou Kaer Dremmwel

Traou Madarmorique : Dans le best-of « Traou Mad », on entend beaucoup d’instruments différents, mais pas de uillleann-pipes qui est pourtant un des instruments traditionnels de la musique celtique. Est-ce un hasard ou un choix délibéré ?

Dominique : Nous avons enregistré un uilleann-pipes sur notre premier album. Il était joué par Jean-Yves Le Pape. La question de l’instrumentation demeure un choix déterminant pour un groupe. Instrument du XXème siècle, donc de tradition récente, le uilleann-pipes, est associé à la musique irlandaise que d’aucuns considère comme celtique. Ce que l’on nomme musique celtique est un concept intellectuel relativement récent fait d’assemblages issus de divers territoires européens et de pensées panceltiques. Nous serions bien en peine de décrire la musique jouée au temps des anciens celtes…

Concert CLC 15.01.11 Le Guilvinec – Photo Lannick Vigouroux

armorique : Au-delà du partage de concerts et d’enregistrements avec d’autres groupes ou musiciens étrangers ou non-bretons, croyez-vous à la possibilité de concevoir des musiques qui allieraient rééllement ces différentes musicalités dans un son original, dépouillé de toute prépondérance ?

Dominique : Bien entendu et cela relève d’une réelle réflexion associant ethnomusicologie, techniques de composition et toujours la sacro-sainte imagination faisant appel à de nombreuses sources et disciplines, pas simplement musicales, comme la littérature, la philosophie, la physique ou les mathématiques. Des pièces contemporaines existent et, plus près de nous, on peut considérer par exemple que la regrettée harpiste Kristenn Noguès s’était engagée avec une certaine réussite dans cette direction. Pour ce qui nous concerne nous nous sommes modestement lancés dans le genre avec une pièce intitulée «Anam cara» enregistrée entre Quimper et Bilbao avec des improvisateurs basques qui n’étaient pas dépourvus d’idées.

armorique : J’ai appris que vous seriez rapidement devenus producteurs de vos albums. Est-ce bien le cas ?

Studio 13 Quimper. Enregistrement album Troioù kaer. Marin Lhopiteau - Patrice Marzin. Photo Hervé Inizan

Studio 13 .Quimper. Enregistrement album Troioù kaer. Marin Lhopiteau – Patrice Marzin. Photo Hervé Inisan

Dominique : Cela est devenu une évidence dès la parution de «Heol Loar» notre premier CD qui avait été produit par Coop Breizh. Sur la lancée de ce premier album, qui a été plutôt bien diffusé, nous avons tiré des conclusions : disposer de tout le temps nécessaire pour un enregistrement aussi précis que possible, continuer a solliciter des invités et choisir un ingé-son à la patte originale. Le hasard des rencontres nous a conduits à travailler avec Pascal Rueff, technicien atypique qui crée aujourd’hui des systèmes de diffusion sonore extrêmement prisés. Pour l’enregistrement du CD « Glazik » qui s’est déroulé à Plonéour-Lanvern dans la salle de projection privée de Nicole et Félix Le Garrec, là où a été monté le film mythique « Des Pierres contre des fusils », Pascal Rueff avait appliqué pour Dremmwel la méthode d’enregistrement utilisée en studio par la chanteuse américaine Rebecca Pidgeon : la création en amont d’une image sonore, en tenant compte de la particularité du studio, dans le but de limiter les interventions au mixage. Cet album a été enregistré avec un couple de micros savamment disposés. Trois mois de prises et autant de mixage. Nous sommes sortis de cette expérience épuisés mais riche de connaissances qui nous ont rendu beaucoup plus performants. Dans « Glazik » nous nous sommes autorisés beaucoup de liberté en faisant délibérément appel à des invités parfois éloignés du la musique bretonne. Nous avons également eu l’opportunité d’y insérer une brève interview de Polig Montjarret qui commente «An abad madeg» un morceau collecté par ses soins, que nous interprétons.

Pour tous les disques suivants nous avons travaillé avec Patrice Marzin. Ados, nous étions voisins et prenions le même bus pour nous rendre à l’école. Patrice a fait sa carrière dans le rock et la variété. Il a accompagné tout un tas d’artistes : Bo Didley, Calvin Russel, Hervé Villard, Hubert Félix Thiéfaine et collabore, depuis le milieu des années 80, à tous les albums de Gérard Manset. Son expérience de la scène et du studio nous a évidemment intéressés. C’est lui qui a réalisé le premier album d’Ar Re Yaouank, plusieurs CD également avec Soig Sibéril, Gwennyn, etc… Depuis l’album « Lans » nous poursuivons notre collaboration avec lui. Il est un peu notre directeur artistique lors de la production et joue sur les morceaux en fonction des envies.

gateauAnniv

armorique : 30 ans de musique ensemble en 2016, c’est un grand évènement qui se prépare. Comment allez-vous fêter cela ?

Dominique : Nous créons, tous les cinq ans, un événement correspondant à notre anniversaire. Cela s’appelle les «Nuits Glazig». Elles sont numérotées. La prochaine, (n°5) aura lieu le 15 octobre 2016 à Landrévarzec. Comme nous n’avons pas les moyens d’organiser, ne serait-ce qu’un mini festival, nous renouvelons le plateau à chaque fois en invitant quelques valeurs sûres, des figures historiques, des musiciens à découvrir et une carte blanche que nous proposons à l’occasion. C’est pour cette raison que les groupes invités ne viennent, en principe, qu’une seule fois.

armorique : Merci pour cet échange très riche, Dominique ! Je propose que nous fassions maintenant connaissance avec chacun des musiciens du groupe.

RenéN&BV2

René Marchand – Photo Hervé Inisan

René Marchand : Après une année en tant que danseur au cercle celtique de Landrévarzec, confronté à une pénurie de musiciens, René Marchand se dévoue et apprend la bombarde en suivant les conseils d’Erwan Roparz. Sans de « vraies » bases mais après quelques mois de travail, le voila opérationnel. En 1975, il rencontre Dominique Le Guichaoua lors d’une sortie folklorique dans tous les sens du terme (NDLR : ….!). Ils n’ont cessé de sonner ensemble depuis. Après dix années d’intense activité, le couple de fest noz qui vient de participer à un voyage au Pays de Galles, se mue en trio. La base de Dremmwel vient d’être créée.

Dominique Le Guichaoua Photo Hervé Inisan

Dominique Le Guichaoua – Photo Hervé Inisan

Dominique Le Guichaoua : Découvre la musique bretonne de façon orale, grâce à son père. Débute, au début des années 70, avec René Marchand, un long parcours de sonneur en couple avant de devenir quelques temps l’accompagnateur de chanteurs et poètes : Thierry Gahinet, Mikaël Kerne, Jean Rio, Michel Jaunault…S’engage parallèlement, de façon autodidacte, dans l’apprentissage de la théorie musicale, de l’harmonie et de la guitare. Retour à la musique bretonne en 1986 avec la création de Dremmwel (avec René Marchand et Hervé Villieu). A collaboré au quotidien Ouest-France, à la revue Ar Men et chronique, depuis 1985, l’actualité des musiques traditionnelles dans la revue Trad Magazine. Intéressé par la diversité artistique, a reçu son premier grand choc musical grâce à sa rencontre avec le guitariste manouche Francis Alfred Moerman. Apprécie les croisements originaux entre divers interprètes et Dremmwel. S’intéresse à la création musicale, à l’improvisation et tend toujours une oreille curieuse aux sonorités du monde.

Marin Lhopiteau Photo Hervé Inisan

Marin Lhopiteau – Photo Hervé Inisan

Marin Lhopiteau : Marin Lhopiteau a commencé à s’intéresser à la musique traditionnelle lors de la vague du mouvement folk, au début des années 80. Il apprend le violon « à l’oreille » et joue dans des sessions ou groupes informels. Il découvre ensuite la harpe celtique, commence à en fabriquer et apprend à en jouer en prenant des cours avec Dominig Bouchaud au Conservatoire de musique de Quimper.
En 1988 il s’installe comme artisan facteur de harpe. Il joue alors avec le guitariste Daniel Cadiou dans plusieurs groupes. Tous les deux rejoignent Dremmwel en 1993.

D CadiouN&B

Daniel Cadiou – Photo Hervé Inisan

Daniel Cadiou : « Comment ne pas oublier, à 14 ans, l’acquisition de ma première guitare, en 1968. Le Hall de la Musique à Quimper tenu par Fernando Cuadra existait déjà. Premiers accords, premiers barrés seul ou avec mes potes de la résidence. On attendait avec impatience la sortie du dernier 45 tours des Stones. Le Folk Club de Kerfeunteun n’était pas loin. Les années collège défilent. Deux années d’internat me permettent de beaucoup jouer et un premier groupe guitare, basse batterie et chant voit le jour. Que du bonheur… En1972 direction le Lycée de Lorient… Changement de répertoire, la vague celtique est au plus haut, le folk français aussi. Les cours de danses bretonne sont organisés dans le gymnase. Ils ne désemplissent pas.Le folk club du foyer des élèves fédère tout cela… Souvenirs intacts…1975 en route pour la capitale, le travail m’appelle, bien entendu avec ma guitare dans mes bagages. Mais celle-ci va rester sagement au coin. Durant quatre années, je vais essentiellement fréquenter les salles de concert et festivals…Le temps des découvertes… Retour à Quimper en 1979. Lors d’un repas de fin d’année parmi les clients du resto, lui, avait son accordéon diatonique et moi ma gratte dans le coffre de la voiture. La magie opère, valse, andro, gavotte, c’était reparti…. premiers pas sur les scènes des festoù noz : duo, trio, un premier groupe, un deuxième, mais clap de fin en 1993. Quelques semaines plus tard, la rencontre : Dremmwel ou le début de La Grande Aventure. »

Fabrice Carré Photo Hervé Inisan

Fabrice Carré – Photo Hervé Inisan

Fabrice Carré : Débute le piano classique à l’âge de 5 ans. Etudie la batterie avec Serge Luc à Paris tout en se consacrant à la guitare et la basse en autodidacte. De 1995 à 2004 : Production de 15 albums (composition / enregistrement) + 450 concerts (pop/rock celtique). De 1998 à 2013 il enseigne les musiques actuelles puis devient, en 2005, directeur dans l’enseignement artistique dans le Finistère. Actuellement directeur du Conservatoire de Quimperlé. Rejoint Dremmwel en 2010 avec l’envie de découvrir le lien danse/musique dans les musiques traditionnelles.

Marie Carré Photo Hervé Inisan

Marie Carré – Photo Hervé Inisan

Marie Carré : Originaire des Vosges, étudie le piano, le flûte traversière métal et la contrebasse. Musicienne intervenante en milieu scolaire : maternelle, primaire et milieu médico-éducatif. Chef de chœur et professeur de chant pour tous les âges et dans tous les répertoires. A intégré Dremmwel en 2012 en tant que contrebassiste.

-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=

Dremmwel 2010. Photo Agnès Perdriel

Dremmwel 2010 – Photo Agnès Perdriel

Pour aller plus loin, le site du groupe Dremmwel est accessible en cliquant sur cette photo :

Dremmwel sur YouTube :

Avec Segal Le Corre 2011. Photo Agnès Perdriel

Avec Segal Le Corre 2011. Photo Agnès Perdriel

Et pour finir, Dremmwel nous fait un beau cadeau ! Cliquez, c’est rien que pour vous !

cadeauMerci braz et Kenavo Dremmwel ! revenez me voir quand vous voulez, vous êtes ici chez vous et vous serez toujours les bienvenus !

Pierre M.

Musique

1 response to Dremmwel fête son trentième anniversaire en 2016 !


  1. Pingback: Pour les amoureux de la musique bretonne « Le blog de Jean de Pont-Scorff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.