Notre Dame de Rumengol

20130706_Rumengol ext   Extrait de l’ouvrage de Jean-Yves Hamon « Puiser à la source – Notre Dame de Rumengol » diffusé par Coop-Breizh – 29540 à Spézet  :

 » Selon la légende illustrée par la grande verrière du choeur de l’église actuelle, le roi Gradlon édifia, à la place d’un autel druidique, un sanctuaire dédié à la Trinité et à Notre-Dame. Ce double patronage serait un signe de l’ancienneté du culte en ce lieu.

Les premiers écrits remontent à la fin du XIIè siècle. Rumengol était alors une chapelle tréviale de Hanvec. Mais on sait que, dès le XIVè siècle, l’église de Rumengol reçoit des offrandes et peut réaliser des travaux importants sans l’intervention du recteur du Hanvec.

Une inscription placée sous le soubassement sud du clocher date de 1536 le début des travaux de l’église actuelle : « L’an mil cinq cents trente six le XIV jour de may fust fondé. Guénolé gouverneur. Hervay Inisan fabrique alors. » La sacristie porte la date de 1694.

L’existence d’un pélerinage très ancien est attestée par un document de 1674 : « de tout temps immémorial, on a dit et célébré messe matinale, grand’messe, vêpres et offices ordinaires en ladite église, les dimanches, fêtes et autres jours dédiés pour le service de ladite église(…) nombre de pèlerins des villes de Quimper, Châteaulin, Brest, Landerneau, Morlaix et d’autres lieux viennent ces fêtes et dimanches pour y entendre ces messes…« 

Devenue insuffisante en raison de l’affluence des pèlerins, l’église fut agrandie en 1732 (le choeur actuel), puis entre 1740 et 1748 (dans le sens de la largeur). En forme de croix, l »église actuelle comprend une courte nef dépourvue de bas-côtés, un double transept et un choeur à chevet plygonal. En 1850, une chapelle, où sont célébrés les deux grands pardons annuels, fut érigée à l’Ouest de l’église

L’enclos a perdu son aspect d’origine : l’ossuaire a été démoli et le calvaire du XVè siècle transporté dans le nouveau cimetière. Il reste fort heureusement l’arc de triomphe qui sert de transition entre l’espace profane et l’espace sacré. En le franchissant, nous sommes invités à nous ouvrir au message que nous livre cette belle église. »

Merci à Jean-Christophe Normand pour ces très belles photographies :

20130706_Rumengol clocher20108Rumengol retable closeup2010_Rumengol-Ste Trinité2010_Rumengol retable2010_Rumengol narthex2010_Rumengol calvaire2010_Rumengol calvaire closeup

Patrimoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.