La ronde des costumes en Bretagne

Le Pays Bigouden – Giz Bigoudenn : cette haute coiffe est certainement celle qui se porte le plus et quotidiennement. Partie de l’horizontale, elle atteint maintenant 33 cms à la verticale. Le caractère le plus frappant de ce costume est l’épaisse broderie qui couvre les plastrons et les manches de motifs ornementaux adoptés et interprétés par la célèbre corporation des brodeurs bigoudens. La  » Giz Kerity  » a conservé l’ancienne splendeur de la coiffe d’artisane.

Le Pays de Quimper ou le Pays Glazik – La Borledenn : le fond bleu du costume a valu à l’homme le nom de  » glazik  » (petit bleu). Les hommes portent un ‘chupenn’ court sur le gilet serré. Les femmes sont appelées  » borledened  » du nom de leur coiffe, la  » borleden « . Celle-ci, qui avait rapetissé avant la seconde guerre mondiale, a repris une certaine ampleur par la suite et suscité plusieurs formules de collerettes aux propositions heureuses. Faits de velours et de perles, le costume est très riche.

Le Pays de Fouesnant – Giz Foen : la coiffe, improprement appelée  » la guise de Fouesnant « fleurit entre l’Odet et la Laïta. Il vaut mieux parler de familles de coiffes car il y a des différences notables dans la façon de s’ajuster quand on passe d’une paroisse à l’autre. La  » Giz Foen « , célèbre parce que flatteuse et seyante est l’une des plus complexes. La coiffe comporte un  » gorgenn  » de dentelle et une grande collerette plissée. Son repassage est très minutieux

Le Pays de Douarnenez, Audierne, Crozon – La Penn Sardin : on trouve des variantes de ce costume dans les ports de pêche cornouaillais comme Concarneau, Audierne et Camaret. C’est un costume de citadine à la fois élégant et facile à porter avec déjà une certaine opulence plus bourgeoise que paysanne. Les femmes portent la cornette et le châle avec une certaine aisance. Le costume de Ploaré, tant pour les femmes que pour les hommes, est remarquable par l’abondance de la broderie orange.

Le Pays de Plougastel-Daoulas – Plougastellen : ils sont parmi les plus originaux de notre péninsule, le vert, le bleu, le rouge, la violine s’y harmonisent par l’effet de certains rapports de surface et de nuances, par la grâce d’ornements en fils de couleur et des rubans brodés qui ont pris le nom de Plougastel bien qu’ils soient venus d’ailleurs. Les femmes portent la coiffe la plus difficile à poser, la plus complexe et la plus rigoureuse, celle qui exclut toute fantaisie dans l’arrangement des cheveux et qui ne s’accommode pas du négligé.

Le Pays vannetais : ces coiffes ont beaucoup perdu de leur ampleur. L’importance de la coiffe est accordée au bandeau qui plane à tous les vents. Elle se replie au dessus du front et s’y casse en angles obtus. Le costume se caractérise par une préférence pour le velours à grands dessins incrustés, un devantier montant très haut jusqu’à une petite colerette avant.

Les autres coiffes. Châteauneuf du Faou – Les dardous. La  » Giz Castelnevez  » est une variante de  » Korleden  » appelée  » Barboupeisan  » ou  » Dardoupez « . La coiffe elle-même est très simple mais l’effet original ne manque pas de saveur. Pontivy et Baud. Le capot, la  » raie  » et la  » kornek  » sont les différentes coiffes que portent les femmes du pays de Baud.

Costumes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.