L’église paroissiale de Kerfeunteun

Les plus anciens cartulaires de Quimper, rédigés en latin, désignent Kerfeunteun sous le nom de ‘Villa Fontis’. Son nom lui vient de la fontaine située dans le cimétière, tout près de l’église paroissiale, et qui a du servir de baptistère, tôt après l’arrivée de St Corentin dans la région de Quimper.

L’église paroissiale de Kerfeunteun date de plusieurs époques. La nef porte la date de 1575 ; les ailes et le transept sont plus récents et remontent au XVIIème siècle. Le choeur et la sachristie sont de 1953.

Le clocher de l’église est original ; il chevauche le pignon ouest au moyen de deux encorbellements moulurés, le portant en saillie des deux côtés.

Le vitrail situé au chevet de l’église est célèbre par sa verrière connue sous le nom ‘d’arbre de Jessé’. Cette représentation de l’arbre généaolique du Christ, remontant seulement jusqu’à Jessé, le père du roi David, a été introduite en France par Suger, abbé de St Denis, qui fut minitre des rois Louis VI et Louis VII. Ces arbres de Jessé se répandirent rapidement à travers toute la chrétienté ous l’influence des croisades. La Bretagne et le Finistère en possèdent encore aujourd’hui plusieurs exemplaires.

L’église abrite un mobilier de grande valeur. Il faut signaler la chaire, datant du XVIIIème siècle, avec ses panneaux sculptés représentant les évangélistes et St Corentin. Parmi les statues, dont certaines proviennent des chapelles de Ty Mamm Doué, de Kernilis ou de Cuzon, il faut signaler la Trinité, St Pierre et la Pieta provenant de la petite chapelle de Ty Mamm Doué, démolie vers 1969.

.La porte de bronze massif est ornée au centre d’un médaillon en relief représentant une gerbe de blé et deux colombes. le métal qui a servi à fabriquer le revêtement or de cette porte a été fourni par des paroissiens, qui avaient offert leurs bijoux de famille.

La fontaine, située dans l’enclos près de l’église, est rès ancienne, puisque c’est cette fontaine qui a donné son nom à la paroisse. Ce qui semble certain, c’est que kerfeunteun est l’un des premiers lieux de culte établis en Cornouaille par Saint Corentin, évêque de Quimper, et c’est ce qui explique que, jusqu’à la révolution française, les territoires de Kerfeunteun et de Cuzon relevaient, tant au spirituel qu’au temporel, de l’évêque de Quimper, qui se faisait représenter pour le gouvernement, tant civil que religieux, par un chanoine du chapître, qu’on appelait chanoine prébendé, lequel à son tour, désignait souvent pour le suppléer ou le remplacer, un vicaire, appelé souvent vicaire-perpétuel. Le monument, qui a été élevé au-dessus de la fontaine de Kerfeunteun a été restauré, avec des pierres provenant des ruines du manoir de la Forêt, en avril 1956.

Le calvaire, en granit de kersanton, haut de 8,50 m, date du XVIème siècle, donc contemporain de l’église. Il a ceci d’original, qu’il est surmonté non pas de l’image du Christ en croix, mais d’un groupe représentant la Sainte Trinité, avec le Père, soutenant son Fils en croix.

Source : Pierre Loaëc, ‘Le patrimoine religieux de Kerfeunteun’ (Quimper – 1984) – Les amis de Kerfeunteun.

Patrimoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.