L’église Saint-Thurien de Plogonnec

Analyse ci-dessous provenant de l’excellent site de la mairie de Plogonnec que je vous invite à consulter pour retrouver tous les autres atouts patrimoniaux de cette commune :
http://www.mairie-plogonnec.fr/patrimoine-religieux.htm

« L’église est placée sous le patronage de l’ancien Evêque de Dol, Thurien, qui vécut dans la première moitié du VIIIème siècle. Il est invoqué pour guérir les maux de fièvre. Sa fête a lieu le 2ème dimanche de Juillet.

L’édifice actuel commencé au XVème siècle, se signale par l’opposition de ses parties est et ouest. L’ensemble comprend une nef et deux bas cotés de six travées, un chevet plat orné de trois fenêtres et un faux transept. A l’aspect sombre et massif de la nef répondent les grandes fenêtres du faux transept et du chœur. L’édifice présente quelques restes du XVème siècle, mais date en majeure partie du XVIème siècle, à l’exception du clocher, commencé en 1657, qui a été profondément remanié au XVIIIème siècle. La sacristie fut construite en 1864.

L’Extérieur :

Le clocher, rectangulaire, s’appuie sur de puissants contre-forts. Il est accosté de deux tourelles octogonales, coiffées chacune d’un dôme à nervures et bulbé, couronné d’une lanterne. Il comporte de nombreuses inscriptions, dont celle du tympan ouest, sous la statue de Saint Thurien. En voici la traduction : « O Saint Thurien, garde ta tour et ton église, afin que les traits du trident de Jupiter ne l’endommagent ».
La façade Nord présente moins d’unités, du fait de l’étalement de sa construction et de ses remaniements.
Le chevet (côté Est) est plat, avec trois grandes fenêtres encadrées de contreforts.
Le parvis est orné à l’Est d’un Arc de triomphe gothique du XVIème siècle, rehaussé d’un couronnement et d’un fronton de 1730. De l’ancien cimetière, qui occupait jusqu’aux années 1920 le Nord et l’Est du placître, subsistent deux bétyles (pierres sacrées), l’un à rainures, l’autre surmonté d’une croix et encastré dans le mur de clôture.
La façade Sud comporte, à la base du clocher, une portion de mur du XVème siècle. Le porche date de 1581. Son ouverture en plein cintre est encadrée par deux niches gothiques contenant des statutes de Sainte Catherine et Sainte Anne. Il a conservé sa porte intérieure en bois sculpté.
Le reste de la façade se compose de trois grandes baies surmontées de pignons à rampants à crochets.

L’Intérieur :

Il faut tout d’abord noter le contraste des éclairages entre les parties Ouest et Est. A la pénombre de la nef obscure s’opposent la luminosité des quatrième et cinquième travées où se proclament la Parole et le signe de la croix (avec la chaire et le crucifix) et le scintillement du chœur, lieu de l’Eucharistie, et du chevet où s’annoncent le ciel et la vie éternelle. Anciennement, un clocher central se trouvait devant le chœur, ainsi qu’un jubé détruit au XVIIIème siècle.

Le Mobilier :

Le maître d’autel central, avec ses boiseries peintes, du début du XVIIIème siècle et ses deux niches à pilastres dorés et guirlandes.
Les autels latéraux du XVIIème siècle et les boiseries du XIXème siècle (restaurés en 1996)
Contre les murs, les stalles
Dans le chœur, servant au culte, l’autel à sculptures à entrelacs de 1990.
La chaire à prêcher (1780) avec les Docteurs d’occident sur les panneaux de la cuve.
Deux confessionnaux à demi dôme datant du XVIIIème siècle
Les fonts baptismaux anciens en granit
Au mur, près de la porte sud, un panneau peint du XVIIème siècle : il comporte neuf scènes de la vie de saint Maudez et provient sans doute d’un retable d’un autel dédié au même saint. L’ensemble fut restauré en 1994.

Les Statues

En pierre polychrome : saint Thurien (XVIIIème siècle), saint Etienne (XVIIIème siècle), saint Claude (XVIème siècle), saint Maudez (XVIème siècle), saint Herbot (XVIIème siècle).
En bois polychrome : Christ en croix, Vierge à l’enfant dite Notre Dame du Rosaire, saint Sébastien »

Patrimoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.